Tlescope chez astroshop

5MPP# 30: Le Roton
Rotary Rocket.
C'est le nom de cette compagnie, dont les bases sont posées en 1990, et qui peut se vanter de disposer d'un concept pour le moins. . . original.
Rotary Rocket propose de mettre des satellites d'un poids de maximum 3 tonnes en orbite basse terrestre à l'aide d'une sorte d'hybride entre un hélicoptère et un lanceur spatial ( la partie hélicoptère devant permettre d'allumer les moteurs-fusées à une plus grande altitude, et donc d'économiser du carburant): le Roton.


Et le Roton aura le mérite de ne pas rester qu'un simple dessin oublié dans un placard: un prototype sortira de l'usine en 1999 et volera trois fois.
Ce prototype aura une taille de 19.2 mètres de haut et 6,7 mètres à la base. Ce petit jouet pesait dans les 180 tonnes.
Pour l’anecdote, la tête de rotor sera prise sur un hélicoptère Sikorsky S-58 écrasé.
Seulement, ces trois vols vont tous les deux démontrer de sérieux problèmes liés au Roton: en effet, le prototype Roton ATV, pour Atmospheric test vehicle, s'est avéré extrêmement difficile à contrôler pour ses deux pilotes d'essais.
Le Roton obtiendra même un 10 sur l'échelle de Harper-Cooper, échelle utilisée par les pilotes d'essai pour noter la difficulté de contrôle d'un véhicule selon plusieurs critères, 10 étant la pire note possible.
Et pourtant, Roton avait de quoi convaincre : un SSTO ( Signe Stage To Orbit ), réutilisable, avec, pour la charge utile, un prix au kilo relativement faible: 10 000 dollars, soit 10x moins que les prix de l'époque. Un quatrième test sera d'ailleurs annulé: en effet, si les précédents records d'altitude ne dépassaient pas 23 mètres sur un trajet d'un peu plus d'un kilomètre, ce vol-ci devait emmener les pilotes à plus de trois kilomètres de hauteur, altitude jugée trop dangereuse étant donné la stabilité de l'engin.
Seulement voilà, Roton a joué de malchance, et n'était probablement pas là à la bonne époque.
En effet, à cette époque, le type de client visé par Rotary Rocket est très similaire aux satellites de la constellation Iridium ( oui, les Iridium des célèbres flashs du même nom).
Hors, le 17 mars 2000, Iridium se déclare en faillite, et entraîne dans sa chute Rotary Rocket, qui mettra la clé sous la porte en 2001, faute de moyens, d'investisseurs et de clients pour développer Roton et lui assurer un marché.
Quant au Roton, si vous désirez le voir, il devait être exposé au Classic Rotor Museum, un musée d'hélicoptères de San Diego, mais, comble de l'ironie, l'ors du transport par hélicoptère, le Roton devenait dangereusement instable au-dessus de 65km/h.
Intransportable, il est donc toujours exposé près d'où il effectua ses essais, à l'aéroport Mojave, en Californie.

En petit bonus, une vidéo du Roton en vol: https://youtu.be/Jz6ZzyaUgco


Dernière mise à jour le: 01/01/1970 00:00