Tlescope chez astroshop

L'ISS s'agrandit ! ( Nauka ) | Une dose d'espace
Si le module Russe Nauka a décollé il y a maintenant quelques heures, son histoire, elle, commence il y a très longtemps.
D'ailleurs, c'est également l'une des histoires de retard les plus représentative de la citation "space is hard".

Dans les années 90, les plans pour le segment russe de la future station spatiale internationale, dont le premier module, Zarya, ne sera lancé qu'en 1998, sont encore assez loin de ceux d'aujourd'hui.
Ainsi, il comprend un module d'amarrage universel, l'UDM (Universal Docking Module) et deux modules laboratoires.
L'UDM est alors inspiré des Functionnal cargo blocks.
Pour résumer très rapidement, les functionnal cargo blocks sont, à leur début à la fin des années 60, sont le cœur des modules TKS, eux-mêmes des vaisseaux de ravitaillement pour les stations du programme alors top secret Almaz, à savoir les stations orbitales Salyut 2, 3 et 5.

Un TKS. La partie conique ( à gauche ), c'est la capsule, directement fixée sur son FGB ( Functionnal Cargo Block )


Les TKS étaient constitués du module FGB, le functionnal cargo block, et du module de retour, initialement pensé pour des vols habités, qu'ils ne feront au final jamais.
Les functionnal cargo blocks, hérités des TKS, se retrouveront ainsi un peu partout, au fur et à mesure de leur modification, dans le programme soviétique:
les stations Salyut 2,3 et 5, mais aussi le satellite Polyus, mais aussi les différents modules de la station MIR.

La navette spatiale américaine amarrée à la station russe MIR. Notez la grande ressemblance dans certains détails des modules.



Le satellite russe Polyus ( le gros cylindre noir, impossible à manquer. )


Enfin, pour terminer, le premier module de l'ISS, Zarya, est lui aussi dérivé des FGB.

Le module Zarya


À l'époque, en cas d'échec du FGB 1, un module de remplacement, sobrement nommé FGB-2, est également construit.

Le FGB sera, en effet, le module le plus important de l'ISS:
Avant que d'autres ne viennent le soutenir dans sa tâche, il doit fournir de l'énergie à l'aide de ses panneaux solaires, contrôler l'orientation de la station, et fournir un espace habitable.
La construction ayant débuté en même temps, au début des années 90, le FGB-2 est terminé à 65% quand le second module de l'ISS, Zvezda, est connecté lors de la mission STS-106, le 11 septembre 2000.

Nauka, pendant son installation dans la coiffe de son lanceur, un Proton-M, en juin 2021.


Le FGB-2 étant devenu inutile dans sa configuration actuelle, il est donc décidé de le transformer en module d'amarrage universel peu après cet amarrage.
Mais en 2004, les plans changent encore : passé de FGB-2 à UDM, le module est finalement rebaptisé Nauka, et servira comme laboratoire. Nauka servira donc de laboratoire, mais aussi de module d'habitation, de rangement, et, enfin, il sera aussi capable d'aider à contrôler l'orientation de l'ISS.
La date de lancement prévue est alors en 2007.

Comme vous vous en doutez vu ce léger décalage, deux fois rien, le module est encore loin, très loin de décoller. Le lancement est progressivement repoussé jusqu'à 2014 à cause de différents retards et problèmes de budget et, entre temps, l'European Robotic Arm vient se greffer au module et y sera fixé pour son lancement.

Malheureusement, en octobre 2013, des problèmes sont détectés dans le système de propulsion, dont une valve ayant une fuite.
À cause de cette fuite, le module doit être grandement nettoyé, ce qui doit, alors, ajouter 12 à 18 mois de travail. En novembre, le vol est alors reporté à 2015, au plus tôt.
Dés lors, on pourrait être tenté de se dire que le pire est passé pour le module.
Même pas.

En avril 2014, un autre problème se pose :
son système de propulsion est hors garantie, et a expiré.

Il faut alors en fabriquer un tout nouveau, et remplacer une bonne partie des tuyauteries extérieures du module, endommagées par la valve défectueuse. Le lancement est alors prévu pour 2017.
Mais progressivement, en 2016 et 2017, la date de lancement glisse vers décembre 2018, les réparations prenant du temps.

Malheureusement, en 2018, un nouveau problème se pose : les réservoirs ont été contaminés avec de la poussière métallique, et ceux-ci doivent être nettoyés et réparés.

Le lancement est alors prévu pour juin 2020, mais la réparation s'avérera un échec, et il sera décidé de fabriquer de nouveaux réservoirs, basés sur les réservoirs de l'étage supérieur Fregat, étage universel ayant servi sur les lanceurs Soyuz et Zenit, et dont la carrière a débuté en 2000.

L'étage supérieur Fregat


Cependant, le 17 octobre 2019, le lancement est confirmé pour novembre 2020 : les réservoirs originaux sont réparés, et la préparation peut donc continuer.

Mais le 14 novembre 2019, le lancement est délayé de trois mois, pour tester certains composants.
Et, le 23 janvier et le 4 février 2020, la sortie du module de son bâtiment d'assemblage est d'abord retardée au mois de mars pour installer de nouvelles valves, puis il est annoncé que certains composants doivent subir des essais plus poussés.

Or, la garantie de ces composants ayant expiré, le module doit partir du Kazakhstan, pour retourner à Moscou.
La crise du coronavirus continuant de retarder le module, il faudra encore attendre juin pour que, enfin, le module soit prêt à décoller.
Mais alors que le module est installé sur son lanceur et prêt à décoller, des capteurs du système de guidage sont défectueux, et le trois juillet, d'autres imperfections sont trouvées, nécessitant d'encore rechanger des composants.
Enfin, le 17 juillet, le module, à nouveau sur son lanceur, un Proton-M, est placé sur un transporteur en vue de son redressement sur son pas de tir, et de son lancement ce 21 juillet.
Maintenant qu'il est ( miraculeusement ? ) lancé, le module devrait s'amarrer au module Zvezda ce 29 juillet 2021 à 13h25.

représentation de Nauka, amarré à l'ISS.


Il remplacera le module Pirs, qui sera désamarré le 23 à 12h45, et désorbité à 16h45, pour aller se consumer dans l'atmosphère.

Le petit module Pirs, amarré à l'ISS


Pour l'anecdote, si Nauka, âgé d'environ 35 ans, même si je n'ai pas trouvé de date précise de début de construction, n'avait pas décollé récemment, la garantie de son système de propulsion aurait, à nouveau, expiré.
Mais ça... c'est une autre histoire.
En attendant, ce sera tout pour aujourd'hui.
à bientôt, pour une nouvelle dose d'espace !




Dernière mise à jour le: 01/01/1970 00:00